Notre Passé

« Le tokaji aszú donne de la vigueur à la moindre fibre de mon cerveau et ranime, au plus profond de mon âme, les étincelles enchanteresses de l’esprit et de la bonne humeur. »

(Voltaire)

L’histoire des vignobles à Tokaj remonte à un passé lointain. On en trouve des traces écrites datant du 13éme siècle, et selon les historiens les coteaux des collines avoisinantes étaient déjà plantées de vignes au temps de la conquête du pays.

Quelle meilleure preuve de la qualité des vignobles que le fait que la région de Tokaj ait été la première au monde à avoir été déclarée territoire de production délimité en 1737.
La région de Tokaj doit sa réputation à ses vins spéciaux, Aszú et Szamorodni, qui ne sont produits qu’ici dans le monde entier.
Le premier aszú fut élaboré en 1571, mais il n’a gagné ses lettres de noblesse qu’au 17éme siècle quand cette liqueur noble a gagné presque tous les souverains européens grâce á Ferenc Rákóczi II. Nous devons à Louis XIV cette phrase devenue légendaire : « Le Tokaji, le roi des vins et le vin des rois ».
Le Tokaji était considéré comme un cadeau divin, Ferenc Kölcsey souligne lui aussi son importance dans l’hymne national hongrois : « Et tu permis que du nectar de Tokaj nos coupes soient pleines ».

L’épidémie de phylloxéra n’a cependant pas épargné les vignobles de Tokaj, ils furent presque entièrement ravagés. Ils furent ensuite replantés, mais avec moins de cépages. La nationalisation sous le précédent régime a conduit à l’effritement de la réputation de l’aszú et, de ce fait, de celle de la région de Tokaj.
Lors des privatisations, des investisseurs ont racheté les vignobles, apportant avec eux nombre d’innovations dans la vie de la région. Ils ont réformé la technologie œnologique, alors vétuste, ont replanté les vignes où cela était nécessaire, et ont élevé le niveau de qualité des vins produits. Les capitaux et le savoir-faire « occidentaux » ont participé á la reconstruction de l’image de Tokaj.

L’histoire de Pajzos Tokaj a débuté sous l’impulsion de Jean-Michel Arcaute, œnologue de Bordeaux. En 1991 la société française d’assurances GAN a racheté le domaine Château Clinet, alors propriété de l’épouse d’Arcaute. Celui qui était considéré par le monde du vin comme un « génie fou » resta cependant à la tête du château. C’est aussi grâce à lui que Tokaj devint une destination d’investissement privilégiée pour les assurances GAN ainsi que pour le groupe d’investisseur CFGVT.

La société française d’assurances GAN gagna l’appel d’offres lancé lors de la privatisation, á la suite du changement de régime, et concernant le vignoble Megyer de Sárospatak, vignoble de 110 ha bénéficiant d’une bien riche histoire. La société Megyer Zrt. fut créée le 10 novembre 1992, et par la même occasion la marque Megyer Tokaj (anciennement « Château Megyer »), du nom du vignoble.
A la même époque, lors du changement de système politique, est apparu le groupe d’investisseurs français CFGVT (Compagnie Financière des Grands Vins de Tokaj), créé entre autres par Jean-Louis Laborde, qui acquit également un vignoble dans la région sur les conseils d’Arcaute. Le vignoble Pajzos qui s’étend sur 107 ha au niveau de Bodrogolaszi devint ainsi la propriété du groupe de 12 investisseurs. Et la société Pajzos Zrt., du nom du vignoble, fut enregistrée au tribunal de commerce le 25 novembre 1992. Fut alors créée la marque Pajzos Tokaj (anciennement « Château Pajzos »).

Chacune des sociétés, nommée selon le nom de son vignoble, fonctionnait séparément et construisait chacune sa marque, leur management était toutefois commun, assuré pour les deux par la société de commercialisation de vins GAM Audy.

Les vins de qualité supérieure étaient élaborés sous la marque Pajzos, à partir de matière première provenant du vignoble Pajzos, du vignoble Megyer étaient commercialisés sous la marque Megyer des vins à excellent rapport qualité / prix.

Les deux marques ont rapidement conquis le marché hongrois, et en plus du secteur HORECA les vins furent disponibles pour les consommateurs sur les planches de la grande distribution, entre autres chez Cora, Tesco ou Metro. Grâce à l’activité commerciale de la société française GAM Audy les vins furent rapidement disponibles également sur les marchés internationaux, ce fut le début d’une importante activité à l’export.
Progressivement l’enthousiasme de Jean-Louis Laborde envers les domaines grandit. En 1998 tout d’abord il racheta Château Clinet à Pomerol, puis en 1999 la société Megyer Zrt. à Sárospatak, aux assurances GAN. Au changement de millénaire il racheta les parts de ses partenaires investisseurs dans CFGVT pour devenir l’unique propriétaire de Pajzos Zrt. Il unifia ensuite les sociétés pour que seule la société Pajzos Zrt. ait une activité commerciale, ce qui est encore le cas aujourd’hui.

Jean-Louis Laborde
Jean-Louis Laborde
Laurent Comas
Laurent Comas

M. Laborde a pu ainsi optimiser la viticulture, en particulier en replantant entre 2000 et 2004 une grande partie du vignoble, pour, entre autres, augmenter les rendements. L’autre effet attendu et obtenu de cette rénovation est la meilleure qualité des vins élaborés à partir de raisins plus jeunes et plus fruités.
Ainsi vit le jour en 2007 le Furmint T, furmint sec préparé en cuves inox, mis en bouteilles pour la première fois en 2008, qui est devenu notre vin du domaine dont le nombre de fervents ne cesse d’augmenter. Ce succès dure encore aujourd’hui puisque nous produisons toujours plus de bouteilles année après année.
Depuis 2014 le Français d’origine, Laurent Comas, a pris la direction de Pajzos et de Megyer. Nous lui devons entre autres le nouvel organigramme en 2015 selon lequel la viti- et la viniculture sont confiées à deux professionnels séparément : Pál Espák pour la viticulture et Ferenc Naár pour l’œnologie.

L’augmentation des récompenses obtenues lors de concours de portée mondiale reflète bien la progression du domaine. Nous avons reçu dans les dernières années de nombreuses médailles, Grand Or, Or et Argent, à des concours tels que : Decanter World Wine Awards, Berliner Wine Trophy. Asian Wine Trophy, Vinagora ou encore le Grand Concours National de Hongrie. Nous sommes fiers par ailleurs d’être à jamais le premier domaine hongrois à avoir obtenu la note de 100 points par Wine Advocate, représenté par MM. Robert Parker et Neal Martin, pour deux de nos vins : Pajzos Tokaji Esszencia 1993 et Pajzos Tokaji Esszencia 1999.

Ce dont nous sommes fiers

Nos récompenses

Apprends sur notre présent

Dans la région de Tokaj, mondialement reconnue, naissent depuis des siècles des vins de qualité exceptionnelle. Le terroir local cache encore bien des trésors.

Découvre notre futur

Dans la région de Tokaj, mondialement reconnue, naissent depuis des siècles des vins de qualité exceptionnelle. Le terroir local cache encore bien des trésors.